Le Premier Ministre a donc annoncé l'ouverture de nouveaux lits de réanimation à La Réunion, soulignant au passage l'attention portée par le gouvernement aux territoires d'outre-mer, afin de les préserver d'une épidémie massive. Edouard Philippe a notamment cité la décision du confinement étendu aux DOM, alors même que ces territoires n'étaient encore qu'en phase 1. Ainsi que les restrictions d'entrée dans les territoires.  Et de citer les interdictions d'escales de croisière, les entrées soumises à autorisation sur déclaration sur l'honneur de motifs impérieux. Et bien sûr la quatorzaine stricte exigée des nouveaux entrants sur l'île. Sans oublier l'arrêt de certaines activités économiques, la restriction de circulation, transports en commun compris, liée au confinement.

« Le confinement doit être encore renforcé pour produire son effet sur des territoires encore plus fragiles d’un point de vue sanitaire que ne l’est la métropole »,  a averti Edouard Philippe. 

De 111 à 161 lits de réanimation

Le Premier Ministre a évoqué l'augmentation du nombre de lits en réanimation sur l'ensemble des territoires d'Outre-Mer et particulièrement à La Réunion. « Les Antilles vont passer de 81 à 169 lits, grâce à l’apport, dès la semaine prochaine, de 32 respirateurs envoyés depuis la métropole. Mayotte, qui compte seulement 16 lits, va passer à 50 lits et recevra 7 respirateurs supplémentaires. La Guyane va passer de 29 à 49 lits de réanimation. La Réunion de 111 à 161 lits de réanimation. »  Sauf erreur, il nous semble qu'en conférence de presse le chiffre de 140 lits avait déjà été annoncé. En voilà donc au moins 21 de plus avec les annonces de ce samedi 28 mars.  

Mais le point choc de l'allocution du Premier Ministre concerne les 15 prochains jours, qu'il annonce particulièrement difficiles. Comprendre pic d'épidémie en vue, augmentation du nombre de cas graves et sans nul doute des décès. Bien qu'à La Réunion pour l'instant aucun décès ne soit à déplorer, il est probable qu'au même titre que la métropole, l'île doive assumer un très prochain serrage de vis sur le confinement. 

Des tests rapides commandés

Cinq millions de tests rapide (ndlr, non PCR) ont été commandés et devraient être disponibles prochainement.  « Ces tests rapides viendront s'ajouter aux tests PCR pour permettre une capacité de dépistage amplifiée pendant la période de sortie de confinement », a précisé le Ministre de la Santé, Olivier Véran, présent aux côtés du Premier Ministre.

A l'échelle nationale, 30 000 tests supplémentaires seront réalisés chaque jour en avril, puis 60 000 tests supplémentaires chaque jour au mois de mai, et plus de 100 000 tests supplémentaires chaque jour au mois de juin. Pour l'heure nous n'avons encore de détails sur les modalités de ces tests rapides à La Réunion. 

A propos de l'hydroxychloroquine

Très attendu évidemment sur la question du traitement proposé par le Pr Didier Raoult, Olivier Véran a assuré qu'il « entend les impatiences, les remarques et les encouragements». Néanmoins, le Ministre de la Santé a rappelé que l'exécutif « appuie toutes ses décisions sur les recommandations des sociétés savantes» et que les études sur la chloroquine et l'hydroxychloroquine  sont considérées pour l'instant «bien trop insuffisantes pour prendre le risque d'une mise en circulation ». «Patience et espoir» sont donc les deux mots d'ordre du gouvernement sur cette question devenue très polémique sur les réseaux sociaux. 

Mireille Legait / www.formeetbienetre.re / Le quotidien santé de La Réunion