Dans son point presse quotidien du 18 mars, le Directeur général de la Santé, Jérôme Salomon a appelé les particuliers qui avaient des masques à les remettre aux professionnels de santé.
Pour le cabinet d’avocats di Vizio, mandaté par les professionnels de santé C19,  « cet aveu d'impuissance est à mettre en relation avec les révélations d'Agnès Buzyn, selon lesquelles le gouvernement était informé depuis le mois de janvier du « tsunami » qui allait s'abattre sur la France ». 

Poursuivis pour négligence

Ainsi, les professionnels de santé concerné ont donc décidé de poursuivre en justice l’ancienne Ministre de la Santé et le Premier Ministre pour délit de négligence : « Il est donc clair que c'est par négligence coupable que le Premier Ministre, mais aussi l'ancienne Ministre de la Santé n'ont pas anticipé une crise dont ils savaient manifestement la gravité, et qu'ils ne pouvaient, en tout état de cause ignorer ». 

C'est pourquoi le collectif de soignants C19, représenté par le Docteur Philippe Naccache, médecin urgentiste, le Docteur Emmanuel Sarrazin médecin chez SOS Médecins Tours, et le Docteur Ludovic Toro, médecin généraliste, maire de Coubron et conseiller régional, saisit la Cour de Justice de la République à l'endroit de monsieur Edouard Philippe, Premier Ministre, Madame Agnès Buzyn, ancienne Ministre de la Santé, d'une plainte pénale sur le fondement de l'article 223-7 du Code Pénal. « Les soignants sont en danger grave, et la population française avec eux ce qui aurait pu être évité si les bonnes décisions avaient été prises à temps », estime le cabinet d'avocats dans son communiqué. 

Des révélations qui ont mis le feu aux poudres

C'est suite aux révélations d'Agnès Buzyn publiées par le journal Le Monde que le collectif des professionnels de santé C19 a décidé de saisir la Cour de justice de la République. « En effet, si les propos de l'ancienne ministre se confirmaient, cela voudrait dire que le gouvernement aurait en toute connaissance de cause choisi d'exposer ses populations et ses médecins à un virus mortel », s'indigne le collectif de professionnels de santé C19. 

Saisi, le cabinet d'avocats estime n'avoir obtenu comme réponse que le constat que « toutes les décisions étaient basées sur des avis de scientifiques ». Et les robes noires de s'interroger : « Quels scientifiques, si la communauté des professionnels de santé alertait déjà sur les dangers liés à une éventuelle propagation du virus ? Les non-décisions du gouvernement relèvent-elles, malgré tout, de l'inconscience ou plutôt de l'incompétence ? Ce sera au juge de trancher. Le confinement doit concerner les personnes, en aucun cas la vérité », conclut Me Fabrice Di Vizio, fondateur du cabinet du même nom.

www.formeetbienetre.re / Le quotidien santé de La Réunion