D'une manière générale, les soins non urgents et non vitaux (par exemple : rééducation urogynécologique, rééducation d'une entorse sans risque de complication…) ne seront pas assurés durant cette période de confinement. Votre kinésithérapeute vous a sans doute déjà contacté pour reporter vos rendez-vous. Même sans symptômes, vous pouvez  être porteur du virus, d'où la nécessité vitale de respecter les règles de confinement énoncées par le Président Emmanuel Macron le 16 mars.

Face à l'urgence de la situation, le CNOMK a demandé la publication d'un texte qui permettrait de mettre en œuvre des actes de télé-rééducation pour les soins qui auront été interrompus au cabinet.

Si vous souffrez d'une pathologie chronique

Si votre état nécessite des soins en kinésithérapie de manière ininterrompue, rassurez-vous : ceux-ci vous seront prodigués à domicile. En effet, l'Ordre a demandé aux kinésithérapeutes de tout mettre en œuvre pour éviter les hospitalisations des plus fragiles en prenant en charge dans le respect strict des règles d'hygiène et à leur seul domicile les patients vulnérables pour lesquels l'arrêt des soins risquerait d'entraîner une aggravation majeure.

Les pathologies concernées

✅ mucoviscidose, dyskinésies ciliaires primitives, BPCO…

✅ polyhandicaps, perte d'autonomie liée à l'âge avancée

Règles d'hygiène

Durant ces soins à domicile, ne soyez pas surpris de voir votre kinésithérapeute se laver fréquement les mains (savon ou gel hydroalcoolique) et vous demander de le faire vous-même. De même, ne soyez pas étonné de le voir porter un masque chirurgical : cela ne veut pas dire qu'il est contaminé, mais qu'il a le souci de vous protéger et de se protéger.
Vous trouverez plus d'infos sur les soins de kinésithérapie pendant la période de confinement sur la page Mon Kiné et moi.

www.formeetbienetre.re / Le quotidien santé de La Réunion