Toutes les personnes testées sont en moyenne 11 fois au-dessus de la limite fixée par l'OMS en ce qui concerne le glyphosate dans l'eau potable, a précisé l'association lors de la conférence de presse ouverte au public. Si c'est une moyenne, cela veut dire que certains sont donc nettement au-dessus de ces onze points. L'association a évoqué un cas qui présenterait un taux 30 fois supérieur à la limite fixée par l'OMS.

Les résultats du test ne sont pas une surprise pour Oasis Réunion qui se bat depuis des lustres contre la pollution des pesticides à La Réunion, qui détient le triste record d'occuper la seconde place sur le podium des régions françaises les plus consommatrices de glyphosate, selon l'association Générations Futures. De fait, 51 887 kilos de glyphosate ont été vendus sur l'île (chiffres 2017).

150 personnes de plus testées

Ce travail d'évaluation va se poursuivre auprès de 150 personnes supplémentaires, domiciliées dans différentes communes de l'île, dès novembre. L'analyse est confiée au seul laboratoire européen habilité à pratiquer de tels tests. Les résultats devraient être connus en décembre. A l'issue de ces examens, l'association compte interpeller les pouvoirs publics et notamment l'Agence Régionale de Santé. 

Le fait est que si les prochains tests reviennent à 100% positifs au gluphosate, et à des taux qui interpellent, le collectif Oasis Réunion ne manquera pas d'arguments pour insister sur l'urgence d'une agriculture bio, locale et maîtrisée. Mais les premiers à convaincre ne sont-ils pas déjà les agriculteurs et la Chambre d'Agriculture ? Le Glyphosate et plus généralement les pesticides seront-ils bientôt comme les antibiotiques : plus si automatiques ?

A savoir

Un herbicide très controversé

Le glyphosate est considéré comme un perturbateur endocrinien et un neurotoxique. Selon certaines publications, il pourrait être impliqué dans les   pathologies neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson...). L'OMS l'a même classé en 2015 dans la catégorie des produits cancérogènes, mais il n'y a pas encore de consensus scientifique sur ce point.