Oui, on vaccine les bébés contre la coqueluche. Mais pour que la protection soit efficace, le bébé doit avoir reçu la deuxième dose de son vaccin. Entre temps, il reste exposé aux risques de contamination. Depuis 1996, les études menées ont établi qu'en France un bébé sur cinq contaminé a dû être hospitalisé en service de réanimation. La coqueluche est l’une des premières causes de décès par infection bactérienne des nourrissons de moins de 3 mois.

La coqueluche se transmet par les gouttes de salive qui sont expectorées pendant la toux ou les éternuements. Si le bébé est à proximité d’une personne malade, son risque de contamination est élevé. La période de contagion, sous traitement antibiotique, ne dépasse pas cinq jours et peut durer juqu'à trois semaines sans traitement antibiotique.

Quels sont les symptômes ?

D’après les recommandations du Haut Conseil de Santé Publique, une toux évoluant depuis plus de 7 jours doit faire évoquer le diagnostic de coqueluche :
▶️Toux nocturne, insomniante avec des quintes évocatrices, c’est-à-dire aboutissant à une reprise inspiratoire difficile associée à :
✅ un chant du coq ;
✅des vomissements ;
✅un accès de cyanose voire des apnées ;
✅ou une hyper lymphocytose depuis plus de 8 jours

La famille, premier cercle de contamination

 Selon les études menées, la contamination la plus fréquente émane du cercle familial, parents ou grands-parents.

Si vous avez déjà eu la coqueluche dans votre enfant ou votre adolescence, ne pensez pas être immunisé. Contrairement à d’autres maladies, la coqueluche n’est pas immunisante, c’est-à-l dire qu’elle peut être contractée plusieurs fois.

Le seul moyen de protéger un nourrisson, c’est que sa famille proche soit vaccinée. Les jeunes mamans non vaccinées ne le sont pas pendant la grossesse mais peuvent être vaccinée dès l’accouchement.

Les autorités de santé conseillent donc aux autres proches du bébé, père, grands-parents, oncles et tantes… de se faire vacciner au plus tôt pour éviter de transmettre au nouveau-né une maladie infectieuse pénible et surtout qui peut se révéler mortelle.

Le vaccin contre la coqueluche peut s’effectuer à l’occasion d’un rappel de vaccin contre le tétanos car il existe une forme combinée DTP+coqueluche.

 

 

Calendrier vaccinal

•  Primovaccination  des  nourrissons  :  deux  injections  à  deux  moisd’intervalle  (à  l’âge  de  2  et  4  mois),  suivies  d’un  rappel  avancé  à  l’âge de 11 mois

• Rappels ultérieurs : à l’âge de 6 ans avec une dose de vaccinDTCaPolio et entre 11 et 13 ans avec vaccin dTcaPolio ;

• Rappel chez les adultes (une dose avec un vaccin dTcaPolio) àl’âge de 25 ans (rattrapage possible jusqu’à 40 ans), en l’absence de vaccination coqueluche dans les cinq dernières années.

▶️Recommandations particulières

• Milieu familial Vaccin également  recommandé  chez  les  adultes  susceptibles  de  devenir  parents  dans  les  mois  ou  années  à  venir,  pour  les  membres  de  l’entourage  familial  (enfant  non à  jour ,  adulte  n’ayant  pas  reçu  de  vaccin contre  la  coqueluche au cours des cinq dernières années) à  l’occasion  d’une  grossesse.

Milieu professionnel Vaccin recommandé pour les  personnels  soignants et les personnels des maternités,  y  compris  dans  les Ehpad et pour les étudiants des filières médicales et paramédicales ainsi que les professionnels en contact avec des nourrissons n'ayant pas reçu  trois  doses  de  vaccin  coquelucheux  (crèches, halte-garderie, assistantes maternelles...)

Mireille Legait / www.formeetbienetre.re / Le quotidien santé de La Réunion