Dans notre département, 10 000 personnes seraient touchées par la maladie d’Alzheimer. Selon l’association France-Alzheimer Réunion, en 2040, le nombre de malades devrait avoir doublé, du fait de l’allongement de la durée de vie. La meilleure des préventions consiste à équilibrer son alimentation, sur la base du régime méditerranéen, le plus tôt possible et en tout cas dès 50 ans, quand le métabolisme se ralentit. 

Limiter les sucres et les protéines

A supprimer en premier lieu, les sucreries, les graisses saturées, nocives pour les vaisseaux sanguins et, à moindre mesure, les protéines.

En limitant les calories, sans s’affamer, à partir d’un régime axé sur les noix et les amandes, l’huile d’olive et les légumes, il est possible de ralentir le vieillissement et notamment le vieillissement neuronal.

En revanche, passé 70 ans, mieux vaut se faire suivre par un nutritionniste afin de ne pas encourager trop la fonte musculaire par un régime trop restrictif en protéines. Plutôt que de supprimer totalement les protéines, il est possible d’en réduire la dose à 0,7 à 0,8 g de protéines par kg de poids corporel. Pour un adulte pesant 60 kg, cela représente 150 g de steak, de poisson blanc, deux œufs et demi, ou, pour les végétariens 300 à 400 g de lentilles. 

Eviter les carences

Rééquilibrer son alimentation pour protéger ses neurones, doper sa mémoire et prévenir la maladie d’Alzheimer, c’est aussi se protéger contre les maladies cardiovasculaires, un véritable fléau à La Réunion. Mais pour ne pas provoquer de carences par un régime d’éviction mal équilibré, le mieux est de consulter un spécialiste de la diététique.

*Etude des Trois Cités (Bordeaux, Dijon et Montpellier)

Corinne Houille / www.formeetbienetre.re / Le quotidien santé de La Réunion