La cataracte, c’est un nom très connu, redouté, associé au grand âge. Mais qu'est-ce que  c'est, en fait ? La cataracte est une opacification progressive du cristallin. Cette affection fait le plus souvent partie du processus de vieillissement normal des structures oculaires. Le diabète sucré, l'hypertension artérielle et l'obésité, pathologies fréquentes à La Réunion, ont par ailleurs été identifiées comme des facteurs de risque surajoutés.

Fréquente chez les seniors, la cataracte est un trouble de la vision à ne pas prendre à la légère. Une personne sur cinq à partir de 65 ans est concernée, et plus on monte en âge, plus on est exposé au risque d'être touché par ce trouble de la vision : en effet, un gramoune sur trois à partir de 75 ans en souffre. Un "score" qui grimpe à deux gramounes sur trois  après 85 ans. La cataracte est donc une atteinte de la vision qui touche les seniors majoritairement. Mais il peut arriver que des personnes plus jeunes en soient atteints.

Quels sont les premiers symptômes ?

Souvent ébloui(e), des images identiques qui se superposent, fatigue visuelle, baisse de la vision de loin donnant une vision floue, associés à d'autres troubles visuels divers, comme la perception des couleurs et notamment le bleu : attention, ce sont peut-être les premiers symptômes d’une cataracte.

Selon que la cataracte affecte un oeil ou les deux, une partie ou la totalité du cristallin, les symptômes varient. Quand tout va bien, le cristallin, situé à l'arrière de l'iris a pour mission de faire converger la lumière sur la rétine pour nous permettre de mettre au point l'image selon la distance. Mais lorsqu'il perd de sa transparence, le cristallin transmet moins bien la lumière. la vue baisse alors progressivement.

Quel traitement ?

« Il est uniquement chirurgical, indique le Dr Patrick Guyen, chirurgien ophtalmologue au CHU Nord. Cela consiste à retirer le cristallin et à le remplacer par une lentille dont la puissance compensera celle du cristallin. En général, on en profite pour corriger d’autres problèmes de vision, comme la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme ou la presbytie. »

Comment se déroule l’opération ?

L'intervention ne dure que 10 à 30 minutes et est réalisée principalement sous anesthésie locale. Le chirurgien pratique une incision de moins de 2 mm, puis pulvérise par ultrasons le cristallin, dont les fragments sont aspirés, avant d'implanter dans l'enveloppe du cristallin la lentille souple qui va le remplacer.

La récupération de la vision est très rapide, les suites opératoires très mesurées et indolores. Quant aux complications postopératoires, elles sont très rares et la récupération de la vision est assurée dans 98 % des cas.

Quelles complications possibles ?

 Une opacification de la face arrière du sac cristallinien est la plus fréquente des complications. 18 % des patients présenterait cette "résurgence" de la cataracte un an après l'opération et 38 % au bout de neuf ans (Sources Revue Prescrire, 1er juin 2015). Une resurgence provoquée par la cicatrisation normale des cellules résiduelles du cristallin d'origine. Un traitement laser, en consultation, peut être envisagé pour résoudre le problème en quelques secondes. Complications possibles mais beaucoup plus rares : un œdème maculaire, un décollement de la rétine ou une infection.  L'endophtalmie est une inflammation de l'œil d'origine infectieuse, provoquée par des micro-organismes infiltrés à travers une incision chirurgicale ou une lésion du globe oculaire. Mais ce sont des cas rarissimes.

Quelles précautions après l’opération de la cataracte ?

Cela peut être surprenant à première vue mais c’est surtout un traitement… diététique. Le patient opéré devra adopter une alimentation riche en antioxydants donc en vitamine C (agrumes, choux, fraises, kiwis, poivrons... ), en vitamine E (huiles végétales, oléagineux et céréales complètes) et en caroténoïdes (légumes rouges, carottes).

Ce régime est d'ailleurs conseillé en prévention de la cataracte, selon une méta-analyse publiée dans l'American Journal of Clinical Nutrition. Les chercheurs ont analysé une vingtaine d'études menées dans le monde, portant sur l'impact des vitamines et des caroténoïdes (famille de pigments végétaux de couleurs rouges, orangés, jaunes ou roses) sur le risque de cataracte. Le résultat ? Avec un tel régime diététique qui permetrait de repousser l'opération de dix ans, le nombre de chirurgies de l'oeil serait réduit de moitié, selon les prévisions des chercheurs. Mieux vaut donc tenir à l'oeil son régime alimentaire...

A savoir

Dans 95 % des cas, e'est le vieillissement du cristallin qui est en cause dans la survenue d'une cataracte. Mais d'autres pathologies touchant ou non les yeux (diabète, rétinite, forte myopie, mal nutrition...) ou des traitements médicamenteux à base de cortisone, de radiothérapies ou de chirurgie de l'œil peuvent provoquer ce trouble de la vision chez des personnes jeunes. La cataracte peut avoir aussi pour origine un traumatisme de l'oeil suite à un accident, un choc ou le contact de produits chimiques avec l'oeil. Quant aux enfants, les cas sont rares mais existent tout de même : un enfant sur deux mille est cncerné suite à un problème génétique ou à une malformation congénitale.

Un laser récent, dit Femtoseconde, peut réaliser une découpe parfaite de la capsule antérieure du cristallin, puis liquéfier son contenu, le tout guidée par imagerie. Ce laser étonnant délivre des impulsions ultra-brèves (un millionième de milliardième de seconde !). Il peut aussi être utilisé pour la réalisation contrôlée de la poche intracornéenne et la mise au point d'un inlay intracornéen pour corriger une hypermétropie ou une presbytie. Mais ce laser n’est pas indiqué pour les chirurgies concernant les patients atteints de glaucome ou de DMLA.

Mireille Legait / www.formeetbienetre.re / Le quotidien santé de La Réunion