La goyave

C’est le fruit le plus riche en vitamine C (5 fois plus que les agrumes !), mais ce n'est pas de chance, il va falloir attendre fin avril pour recharger les batteries. la goyave, c'est un fruit qui vient avec l'hiver austral. Autant dire que pour contrer le Covid-19, on est de la revue, car c’est maintenant que ça se joue. Néanmoins, un petit rappel sur les vertus nutritionnelles de ce fruit réunionnais ne fait pas de mal, en prévision des prochaines semaines. 


Sa teneur en vitamine C est vraiment exceptionnelle : 199 mg pour une demi-tasse. Qui plus est, la goyave est très peu calorique et riche en fibres, idéale donc si vous souffrez de surpoids ou de diabète, deux facteurs de risque face au Covid-19. Ou tout simplement d'un transit un peu paresseux. Mais espérons que d'ici à ce qu'elle soit mûre ici à La Réunion, le Covid-19 ne soit plus qu'un mauvais souvenir. 

Le piment rouge

En métropole ou en Espagne où il joue la vedette des recettes gastronomiques locales, on l’appelle poivron, ici, c'est plutôt piment. Ce n’est pas un légume réunionnais en soi mais il se cultive bien sur l'île. Vous pouvez même tenter de le faire pousser en pot sur votre terrasse (on a testé, ça fonctionne !).  Sinon, on en trouve un peu partout dans les grandes surfaces alimentaires et sur les marchés forains. Tant mieux, ce sont à peu près les seuls commerces alimentaires encore ouverts à compter de ce 16 mars 2020. 

Le poivron rouge dispose entre 101 et 166 mg de vitamine C pour une demi-tasse, soit plus du double du poivron vert.
Bon pour le tonus et dit-on pour tenir les virus à distance, le poivron rouge aurait aussi des vertus anti-cancer. Ses composés antioxydants, caroténoïdes et vitamine C, inhiberaient le développement ou l'action de certains composés cancérigènes. Ces fameux antioxydants neutralisent aussi les radicaux libres dans l’organisme et diminuent ainsi l’accumulation de cholestérol dans les artères.

Mieux, ce légume pourrait réduire les risques d’AVC, de maladies coronariennes et de maladies cardio-vasculaires, tout simplement parce qu’il est riche en vitamine B6 et en acide folique.

Bon, soyons lucides : la lutte contre ces pathologies ne se réduit pas à l’achat d’un kilo de poivron rouge par semaine. Mais si le savourer – oui, c’est délicieux – permet de prévenir le risque, on ne va pas bouder notre gourmandise. Surtout si sa charge en vitamine C contribue quelque peu à éloigner le Covid-19. Et sans grand danger pour la ligne, puisque qu’avec ses 20 calories aux 100 grammes, on a rarement fait mieux. Il paraît même que la capsicine contenue dans le poivron aiderait à lutter contre la cellulite… et même contre les rides.

La papaye

La papaye est elle aussi riche en vitamine C, quoique nettement moins que la goyave et le poivron rouge : elle n’apporte "que" 94 mg pour une demi-papaye (environ 150g). Elle contient aussi pas mal de bêta-carotène, qui permet la création de vitamine A dans l’organisme. Or, la vitamine A et la vitamine C sont essentielles pour maintenir notre système immunitaire en bonne santé.

Riche en antioxydants et en acides aminés, la papaye fermentée serait immunostimulante, ce qui augmenterait les défenses naturelles dans les maladies liées à l'âge. Et l’avantage, c’est qu’elle se cuisine de différentes façons, s’intègre facilement dans une salade en lamelle, dans un wok de légumes ou dans une  recette de viande mijotée ou dans une crème dessert.
Et si le Covid-19 vous pèse sur l’estomac, tant mieux, la papaye est riche en fibres et en papaïne, une enzyme digestive. Ce fruit peu sucré – et donc peu calorique - vous aidera donc à mieux digérer (les coups du sort générés par ce virus, et ils sont nombreux) et à rééquilibrer en cas de besoin votre flore intestinale.

Ne l’ébruitez pas parce que l’allégation minceur lui a été refusée par les autorités de santé, mais la papaye est réputée pour son action brûle-graisse. On lui accorde aussi le mérite de prévenir les risques de cancer de la prostate en raison de sa richesse en lycopène, mais pour bénéficier de ces bénéfices-là, il faut la consommer bien mûre.  Papaye sur le gâteau, ses caroténoïdes protègent la rétine  contre les UV et à La Réunion, ça n’est pas du luxe.

Le kiwi

Lui aussi ne manque pas dans les rayons des supermarchés réunionnais et sa teneur en vitamine C, 71 mg aux 100 grammes, n’est pas négligeable.  De quoi requinquer son système immunitaire et renvoyer dans les cordes ce fameux Covid-19 ? Sans aller jusque-là, disons que le kiwi fait partie de l'outillage anti-contamination à mobiliser. 

Selon une étude publiée par l’université d’Oslo, le kiwi empêche l'oxydation du sang, ce qui en fait un moyen de prévention contre certains types de cancer provoqués par une oxydation de l’ADN. Les mêmes chercheurs ont noté son intérêt pour prévenir les risques de maladie cardio-vasculaire, à raison de deux kiwis par jour. Et comme il ne pèse pas lourd en calories, pourquoi s’en priver ? Peut-être parce qu’il peut provoquer des allergies de la zone buccale : si c’est votre cas, repliez-vous plutôt sur les autres fruits et légumes riches en vitamine C. 

 

A savoir

La vitamine C, l'arme anti-infection ?

Peut-on modifier son système immunitaire par des apports vitaminiques ? Le débat fait rage chez les spécialistes. En fait, il faut reformuler le propos. Le système immunitaire a besoin des vitamines A, C et E, et également d’oligo-éléments, tels que le zinc ou le sélénium, pour bien fonctionner.

Les experts affirment par exemple que l’acide réinoïque, précurseur de la vitamine A, participe à la régulation de la production et de la fonction des lymphocytes T. La vitamine C, pour sa part, est indispensables aux cellules qui attrapent et détruisent les microbes, et aussi aux lymphocytes T. Ces vitamines et oligo-éléments se trouvent dans une alimentation équilibrée, à base de produits frais, cueillis à maturité et rapidement consommés.

La plupart des experts sont très dubitatifs devant l’action annoncée comme stimulante pour le système immunitaire par les fabricants de compléments alimentaires vitaminiques. Mais que tout cela, Covid-19 inclus, ne vous stresse pas : sur ce point, les chercheurs sont formels, le stress et le manque de sommeil influencent l’expression de certains gènes dans les globules blancs, ce qui a une influence sur le système immunitaire et sa réponse face aux attaques virales et microbiennes. Même si le Covid-19 est un killer de première, stresser n'apportera pas davantage de solution. Mais risque de fragiliser notre organisme et nous rendre plus réceptifs aux attaques du virus.

La meilleure solution pour en finir vite avec le Covid-19, c'est de se tenir à distance de nos proches, voisins, collègues et autres illustres inconnus, de se laver les mains aussi souvent que nécessaire, de tousser dans son coude, d'utiliser des mouchoirs jetables, de changer de vêtements immédiatement en rentrant chez soi et de laver sans attendre ceux utilisés à 60°C. Et de respecter toutes les consignes de prudence données par les autorités. 

Mireille Legait / www.formeetbienetre.re / Le quotidien santé de La Réunion