1. Préparez des amuse-gueule light

L’apéro, c’est l’enfer pour celles et ceux qui surveillent leur poids ou/et leur glycémie. Pour réconcilier tout le monde avec le moment de l’apéro, supprimez les produits industriels (chips, cacaouètes grillées), évitez les toastinettes (pain, ou pain brioché), les samoussa….

Préparez plutôt des crevettes à tremper dans une sauce au yaourt épicée, présentez quelques bouchons vapeur et un panier de légumes sculptés, c’est joli, délicieux… et sans risques.

Ajoutez quelques verrines de velouté d’avocat et de pamplemousse, des mousses de betterave, d’asperges… Si vous tenez aux bouchées de foie gras, présentez-les plutôt sur un morceau de pomme ou de mangue plutôt que sur un toast brioché.
Côté boisson, proposez des eaux pétillantes avec rondelles de citron et feuilles de menthe, qui désaltèrent bien et évitent de tomber dès l’apéro dans les calories des spiritueux et des jus de fruits. Même les 100% jus de fruits affichent une quantité de sucre beaucoup trop élevée, d’autant que la soirée ne fait que commencer.

2. Misez sur la cuisson vapeur

Un poisson cuit à la vapeur, c’est bien plus goûteux ! Qui plus est, cela permet de gagner du temps en préparation. Un peu de citron, de sel (pas forcément) et de poivre, des épices et c’est un vrai régal, sans conséquence dramatique pour la ligne. L’idéal, un beau saumon de belle taille. Ou alors du capitaine, relevé par un émincé de petits légumes et de citron.

3. Allégez les recettes

Si vous préférez le traditionnel cari, n’ajoutez pas de matières grasses à celle de la viande. Laissez-la transpirer et parfumer le fond de sauce et, avant de servir, écumez si possible le surplus de gras avec une cuillère gras/maigre.

Enlevez la peau des volailles avant de servir, c’est toujours du gras en moins. Préparez des petits bols de riz (format pot de crème dessert) à renverser sur les assiettes, ça fait chic, surtout avec une petite déco (noix, persil, graines, tomate cerise…), et cela limite les quantités.

4. Pensez aux pains spéciaux

Si votre menu propose du riz – on est à La Réunion tout de même – oubliez la corbeille de pain. Vous pourrez la ressortir au moment du plateau de fromage, si vous en avez prévu un. De vous à moi, après une entrée et un plat de résistance (riche en fibres de préférence), le plateau de fromage ne s’impose pas.
Mais si vous y tenez, en accompagnement, proposez plutôt du pain de seigle (qui s’harmonisera parfaitement avec huitres, camarons et autres produits de la mer), du pain complet ou du pain nordique plutôt que du pain blanc.

Coupez des tranches fines ou, mieux encore, faites-les trancher par le boulanger. Vous pouvez aussi prévoir des tranches de pommes ou des petites feuilles de salade pour poser le morceau de fromage, ce qui allègera la facture calorique.

5. Diversifiez les desserts

Traditionnellement, le gâteau patate et les autres recettes créoles ont leur place sur la table de fête. Préparez des petites parts accompagnées de salade de fruits.

La bûche glacée version sorbet, accompagnée d’une salade de fruits reste aussi une proposition calorique raisonnable. Fuyez autant que possible les bûches et autres desserts à la crème.

Le chocolat, en fin de repas, à dose (très) modérée, ne pose pas problème même aux convives diabétiques, surtout si le repas n’a pas été trop gras et suffisamment riche en fibres.

6. Limitez le temps du repas

Si vous avez des convives souffrant de diabète, rappelez-vous que ce ne sont pas les glucides ingérés raisonnablement qui posent problème mais c’est surtout la longueur du repas. La glycémie postprandiale des repas de fête doit être prise quatre heures après le début du repas.

Autant que possible, limitez le temps de repas assis et prévoyez des jeux, des danses… Les personnes en bonne santé pourront toujours aller se resservir sur le coin buffet que vous aurez prévu. Et vos convives juste soucieux de leur ligne vous en seront reconnaissants, car plus on reste longtemps à table, plus on mange…

7. Tenez compte des recommandations concernant l’alcool

Deux verres par jour pour un homme, un verre pour une femme et pendant cinq jours seulement dans la semaine : ce sont les nouvelles recommandations de la Haute Autorité de Santé. Un verre de vin ou de champagne (10cl) ou de bière (25 cl), c’est 10g d’éthanol. Oui, ça peut paraître peu pour faire la fête, mais s’amuse-t-on vraiment plus en étant ivre ?

Exceptionnellement, à condition d’avoir bu moins que les recommandations dans les jours précédents et de ne pas boire les jours suivants, il est possible de rajouter aux recommandations de la HAS un verre ou deux au cours de la soirée. A condition de grignoter un petit en-cas en même temps pour éviter une hypoglycémie sévère, de rester sobre et de ne pas prendre le volant.

Placez dans des seaux à glaçons des bouteilles d'eau minérale pétillante pour inciter vos convives à boire des boissons non alcoolisées pour se rafraîchir. Prévoyez du thé glacé aromatisé fait maison et peu sucré, des tisanes odorantes et désaltérantes.


A savoir

Le régime des lendemains de fête

Pas de grignotages ni de repas trop copieux. Bouillon de légumes, légumes cuits à la vapeur et fruits frais ! De l'eau citronnée plusieurs fois dans la journée, des tisanes digestives non sucrées ou alors avec une cuillerée à café de miel. Et zéro alcool pendant une semaine (au moins).

Mireille Legait / www.formeetbienetre.re / Le quotidien santé de La Réunion