Garder les bons lipides

Le gras a souvent été l’ennemi public numéro 1 dans la traque des capitons. A juste raison car les adipocytes, cellule adipeuse à l’origine des capitons et de la cellulite, se nourrissent de lipides. Plus nombreux chez les femmes que chez les hommes, les adipocytes ont une capacité de stockage des lipides limitée. Au-delà, l’adipocyte est contraint de déclencher la formation d’une nouvelle cellule pour ranger les lipides en excès. C’est le début des capitons et des poignées d’amour. Attention donc aux quantités de lipides ingérées !

Cependant, pas question de les éliminer totalement : les lipides peuvent être de bons alliés pour perdre du poids, à condition de bien les choisir.

Bien plus utiles que le sucre pour l’organisme, les bons lipides peuvent composer des petits déjeuners sains, à base de pain complet, de purée ou tranches d’avocat, de viande des Grisons ou de jambon dégraissé, de noix ou de noisettes, d’œuf bio.

Les bons lipides stabilisent la glycémie et aident l’organisme à déstocker. En stimulant la production de leptine, l’hormone de la satiété, ils évitent les grignotages. Qui plus est, les lipides brûlent plus facilement à l’effort pour fournir de l’énergie à l’organisme.

Lesquels ? Les lipides d’origine végétale : huiles de colza, d’olive et de lin (pas plus de deux cuillères à soupe/jour/personne), les noix et les noisettes, les graines de chia, l’avocat. Ces lipides sont riches en oméga 3 et 9, dits acides gras insaturés, tout comme les poissons gras (maquereau, sardine, saumon, thon…)

Bonne nouvelle, ces acides gras sont des outils anti-déprime et aussi anti-inflammatoires, sont de bons régulateurs du cholestérol, sont aux petits soins pour nos neurones et boostent notre système immunitaire. Attention en revanche à l’huile et au lait de coco, produits péi aussi mais qui contiennent trop de graisses saturées.

Eviter les « mauvais » lipides

Ce sont les acides gras saturés et omega 6, qui favorisent le cholestérol, qui faut essayer de limiter le plus possible. Pas de crainte de carences : notre organisme est capable de fabriquer des omega 6 lui-même à partir d’autres acides gras insaturés, donc les apports externes ne sont pas indispensables.

Lesquels ? On évite donc l’huile de maïs, les viandes rouges, la charcuterie, la cuisson au beurre, l’huile de tournesol. Et bien sûr tous les aliments manufacturés (industriels) qui sont bourrés d’acides gras trans (barres chocolatées, biscuits salés et sucrés, fritures, plats cuisinés, sauces, viennoiseries…).

Les fromages, la crème, le beurre ne sont pas à éviter mais à limiter : s'ils apportent des nutriments intéressants comme le calcium et la vitamine A, il ne faut pas en consommer tous les jours.

A savoir, il existe de la viande rouge à 5% de matières grasses et du jambon dégraissé qui sont compatibles avec un régime équilibré pour perdre du poids. De même, la viande séchée dite "des Grisons" peut remplacer utilement la charcuterie pour un moment gourmand.

Corinne Houille / www.formeetbienetre.re / Le quotidien santé de La Réunion